Accueil / Spectacles / En tournée / Saison 2020/2021 / Le Malade imaginaire

Le Malade imaginaire

Un grand classique d’une drôlerie féroce,
par la compagnie du Grenier de Babouchka.

Voir la bande-annonce

Résumé

C’est au cours d’une représentation du Malade imaginaire que Molière poussa le premier de ses derniers soupirs. Notre grand homme, déjà malade, écrivit la plus belle de ses farces pour régler ses comptes avec la médecine. Cette comédie est une véritable machine théâtrale qui, par ses enjeux et ses extraordinaires dialogues, tient le spectateur en haleine.
Tout se passe autour du fauteuil doré d’Argan. Il n’y a que cela : le fauteuil du faux malade, du vrai tyran dont la loi, les ordres, les humeurs, les emballements, profitent au corps médical et mettent en péril le groupe familial. Ce fauteuil est un trône, un oeuf, une tente royale, un abri, un château-fort ouvert à tout vent ! La tête enturbannée, Argan en robe d’intérieur appelle, supplie, se plaint, décide, trompe et est trompé.

« Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies ».

Dans cette farce, Molière règle ses comptes avec la médecine. La drôlerie féroce de la pièce y est mise à feu par la mise en scène de Jean-Philippe Daguerre et ses fidèles comédiens tout au long de cette diablerie domestique.

Distribution

Auteur Molière
Metteur en scène Jean-Philippe Daguerre
Distribution Daniel Leduc, Sophie Raynaud, Alexandre Beaulieu, Marguerite Dabrin, Marie-Laure Girard ou Maïlis Jeunesse, Olivier Girard, Frédéric Habéra
Collaboration artistique et Décors Deborah Durand – Costumes Catherine Lainard

Production

Le Grenier de Babouchka

 

Photos © Grégoire Matzneff

La presse en parle

Télérama
TT L’interprétation toujours juste des comédiens sait tirer parti des quiproquos et des situations burlesques.

Pariscope
On se délecte de la langue de Molière et la mise en scène de Jean-Philippe Daguerre la sert à merveille. Un régal !

Webthea
La mise en scène de Daguerre place la barre en hauteur, en conservant la simplicité du théâtre et sans ralentir un merveilleux entrain de comédie. Ce Molière, quel bonheur ! 

La Nouvelle République
Une mise en scène dynamique, tout aussi ingénieuse que ludique !