Que ma joie demeure !
Accueil à propos Entretien Biographies Presse


fig3 
Alexandre Astier régale le public avec un spectacle hilarant sur un Jean-Sébastien Bach loufoque.
Le Figaro 

[Une] prestation savoureuse d’Alexandre Astier,
comédien à la présence rayonnante.

Télérama 
 

Prix du jeune théâtre de l'Académie Française 2012
 


« Ce cours est ouvert à tous, et aucune connaissance musicale n’est requise. »
Après la série Kaamelott, Alexandre Astier devient Jean-Sébastien Bach.
Le compositeur donne enfin en 2012 une master class. Mais il peut déraper.

Que ma joie demeure ! , hommage savoureux et déglingué à J.-S. B., décortique gaiement la musique de Bach comme on ouvre un capot de bagnole pour comprendre un moteur.