hamlet
Accueil A propos Presse


 Grand Prix du jury du festival d’Anjou 2009

La Compagnie des Sans Cou réveille avec un éclat juvénile
la matière d’
Hamlet, pièce maîtresse du grand Will.
Une déferlante qui fait briller
le joyau noir de cette quête existentielle.

La Terrasse

À voir au théâtre Mouffetard du 20 janvier au 19 mars 2011

 

 

 hamlet01      hamlet02
photos : Ghislain d’Orglandes 

"Hamlet est donc venu à nous comme une évidence, une nécessité.

Il a entre vingt cinq et trente ans, il est étudiant, il vient de perdre son père (ce qui hélas risque de nous arriver à tous dans les années à venir), il est amoureux et se pose toutes les questions existentielles que se pose un fils quand il perd son père : Que faire de notre héritage? Qu’est ce que le devoir de succession? Comment prend on le relais ? Quel rapports avons nous avec nos parents ? Comment devient on adulte ? Qui sont nos amis? Comment parle t'on d'un secret à un ami? Qui sont nos parents? Comment attendre quand le monde tombe? Etre ou ne pas être?... toutes ces questions, naïves mais fondamentales, sont les questions que nous nous posons aujourd’hui. 

Or ce qui nous intéresse dans la pièce d’Hamlet, c’est qu’elle pose ces milliers de questions mais qu’elle les laisse ouvertes. Shakespeare, tout en feignant de mettre en scène les grands thèmes de la tragédie classique (la vengeance, la folie, la lutte pour le pouvoir, l’adultère, etc.) démonte nos certitudes et choisi de présenter le seul thème qui pour lui a un sens : le doute, l’incertitude. 

Nous ne voulons pas répondre à ces questions, nous voulons nous les poser ensemble avec le public. La pensée de Shakespeare n’est ni figée ni définitive. Elle  est vivante et en mouvement. "

Igor Mendjisky