Marco Polo et l'Hirondelle du Khan
Accueil notes d'intention Biographies Presse Presse web Dates tournée 2016-17 Espace Pro

ERIC BOUVRON, auteur et metteur en scène

Né en Egypte d’un père français et d’une mère grecque, Eric Bouvron grandit en Afrique du Sud.
Après avoir abordé un répertoire varié au Théâtre National de Durban (passant des pièces classiques à la comédie musicale), par soif de découverte et envie de voir ce qui se passe en Europe, Eric Bouvron vient en France.
Il va à la rencontre d’autres univers grâce à des stages intenses : L’Ecole Internationale Jacques Lecoq, le théâtre de Peter Brook au travers de Jean-Paul Denizon, Ariane Mnouchkine et le Théâtre Nô.

Sa passion pour tous les arts et sa curiosité aiguë le conduisent à concevoir ses créations comme des aventures et à mêler les outils d’expression : la danse, le visuel, la musique, l’humour, le dessin.
Son but est de montrer des choses vraies au public et de l’informer tout en le divertissant.

Après « Afrika ! » qui parle de la splendeur de l’Afrique du Sud, Eric Bouvron a décidé d’aller vivre parmi les Bushmen pour écrire un spectacle sur ce peuple.
Puis il est allé à la découverte du Grand Nord et des Inuits avec son spectacle « La Mission de Victor Mulot » pour l’écriture duquel il a voyagé au Groenland.
Il  a adapté « Les  Cavaliers » de Joseph Kessel qu’il a mis en scène en collaboration  avec Anne Bourgeois. Il interprète ce spectacle, créé au Festival d’Avignon 2014,  avec à ses côtés Gregori Baquet, Khalid K, Maïa Guéritte. 

Il aime aussi mettre en valeur les univers des autres et met en scène des créations atypiques allant des spectacles musicaux (Sophie Forte, Carrington-Brown Pascal Assy) au cirque (Pascal Rousseau) en passant par la magie (Eric Antoine).
En perpétuel mouvement, il crée des évènements variés : festivals d’humour, cabarets et action dans les hôpitaux dans lesquels il a plaisir à programmer les copains et à pouvoir ainsi les réunir.
Eric Bouvron mène aussi un travail pédagogique : d’une part en réalisant lui-même des ateliers et d'autre part en dirigeant des équipes artistiques pluridisciplinaires.
Il a conçu et interprète également une conférence spectacle « J’ai cinq minutes pour vous séduire ». Le but est de donner des clefs d’accès au public pour qu’il puisse découvrir la magie de se regrouper dans un théâtre, d’aider à rendre le spectacle vivant accessible à tous.

Eric Bouvron a tourné des reportages pour Fox TV et la Chaîne Voyage, « Un touriste dans ma tribu » qu’il a co-écrit avec le réalisateur Pierre Belet (diffusés également sur RMC Découverte). Il  invite  les téléspectateurs à le suivre dans ses rencontres avec les tribus du monde (Sénégal, Equateur, Mongolie, Madagascar, Afrique du Sud).


LES INTERPRÈTES


Les comédiens


Jade Phan-Gia
Née en Charente-Maritime, de parents vietnamiens, Jade Phan-Gia a grandi à Dakar. A l’image de ses racines puisant leurs origines sur trois continents, son parcours de comédienne est protéiforme. Parallèlement à l’obtention méthodique d’un doctorat scientifique, son instinct et sa curiosité l’orientent peu à peu vers l'art dramatique. Perfectionnant sa formation auprès du Studio Pygmalion, du Laboratoire de l'acteur ou en suivant les stages du metteur en scène Jordan Beswick, Jade Phan-Gia travaille aujourd'hui régulièrement pour le cinéma et la télévision.
Des cinéastes tels que Pierre Schoeller (« L’Exercice de l’Etat », Prix de la Critique Internationale au Festival de Cannes en 2011), Frédéric Pelle (« La Tête ailleurs »), Michel Blanc (« Embrassez qui vous voudrez ») ou l’américain Jonathan Demme (« The Truth about Charlie »), notamment, font appel à elle. A la télévision, elle interprète un des rôles principaux de la série « Des soucis et des hommes » de Christophe Barraud (diffusion France 2 en 2012) et, cette année, endosse le costume de Ministre de l’Education dans la série « Baron Noir » réalisée par Ziad Doueiri pour Canal +. Lorsqu’elle n’apparaît pas à l’écran, elle prête sa voix aux versions françaises de films, tels que « The Limits of Control » de Jim Jarmusch, « Le Temps des aveux » de Régis Wargnier, de séries télévisées comme « Super Fun Night », « Mon Oncle Charlie », « Being Human », ou à la version américaine de « The Transporter : Refueled ». Depuis septembre, elle est choisie pour incarner la voix féminine d’une chaîne de la TNT.
L’opportunité de monter sur les planches est, pour elle, toute récente. Après le spectacle « Qu’ils crèvent les comiques ! », mis en scène par Marc Adjadj, elle  participe début 2015 à la création de la pièce « Quelque chose », écrite et mise en scène par Capucine Maillard, désormais programmée dans plusieurs festivals.

Kamel Isker
Il suit une formation au conservatoire du 13e arrondissement de Paris sous la direction de Christine Gagnieux, Gloria Paris et Jean-Louis Bauer.
En 2005, sous la direction de Gloria Paris, il joue d'abord dans La Fausse Suivante de Marivaux, puis dans Filumena Marturano d'Eduardo de Filippo : cette seconde pièce, montée au théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet, est suivie d'une tournée en Italie.
En 2006, il est avec Antoine Guiraud co-metteur en scène et acteur principal dans Les Loupiotes de la ville, spectacle qui donne lieu à plus de 300 représentations en France et à l'étranger.
En 2007, il joue dans La Bielleuse de Catherine Zambon, dans une mise en scène de François Leclère, ainsi que dans Les Aventures de Princesse Carotte d'Emmanuelle Josse (création collective de la compagnie Le Toucanlouche).
Parallèlement, il intègre en 2009 la compagnie Tamèrantong qui monte des spectacles avec les enfants des quartiers de Belleville à Paris, de Mantes-la-Jolie et de Saint-Denis.
Avec Les Yeux Grand Ouverts, compagnie théâtrale basée à Annecy et dirigée par le metteur en scène Grégory Benoit, il joue dans La Mouette de Tchekhov (de 2006 à 2009), puis dans Le Baiser de la Veuve d’Horovitz, qui, après avoir tourné en Haute-Savoie, est présentée dans le Festival Off d'Avignon 2010 au Théâtre du Petit Louvre. C'est avec la même compagnie qu'il tient le rôle de Louis Laine dans L'Echange de Claudel, dans une mise en scène présentée de 2011 à 2013 dans divers théâtres de la région Rhône-Alpes.
En 2013, il co-écrit avec Aïda Asgharzadeh La Main de Leïla, actuellement en cours de production.
En 2014, il joue dans Le Cas de la famille Coleman de Claudio Tolcachir dans une mise en scène de Johanna Boyé. La pièce est présentée au festival d'Avignon off 2014 et 2015 et a remporté le concours jeunes metteurs en scène du Théâtre 13, prix du jury et prix du public.
Avec la compagnie Le Grenier de Babouchka dirigée par le metteur en scène Jean-Philippe Daguerre, il tient le rôle de Scapin dans Les Fourberies de Scapin de Molière au Théâtre Michel, et tiendra prochainement le rôle de Rodrigue dans Le Cid de Corneille.
A la télévision, Kamel Isker a joué dans la série P.J sous la direction de Gérard Vergez, dans Alice Nevers Le juge est une femme, ainsi que dans divers courts-métrages de jeunes réalisateurs.

Damien Ricour (en alternance)
Damien Ricour naît en 1972. A 8 ans, il est poussé sur une scène de théâtre par des camarades, il ne la quittera plus. En 1994, après avoir suivi les cours de l'école internationale Jacques-Lecoq, il travaille avec différents metteurs en scène comme Ariane Mnouchkine, Habib Nagmouchin, Serge Poncelet, Philippe Ferran, Christiane Marchewska.
Avec la Compagnie des Indiscrets, il a interprété « En attendant Godot » de Samuel Beckett, ainsi que « Tramps » et « Les Cambrioleurs », deux créations burlesques et clownesques.
Il a également joué dans « La Mouette » d'Anton Tchekhov (mis en scène par Sandrine Barciet), « Andromaque » de Racine (mis en scène par Frédéric Hamerlack)…
Sa curiosité et son envie de défendre des projets qui lui tiennent à cœur le poussent à écrire et mettre en scène ses propres solos. Fils unique ayant eu l'habitude de jouer seul, il recrée ainsi sur scène un univers dans lequel il interprète tous les personnages.
Il aime le clown, le jeu masqué, le cinéma de Stanley Kubrick et les tartes au citron meringuées.
Damien Ricour est marié et père de quatre enfants. Depuis 2005, il joue régulièrement au sein de la compagnie du Théâtre de l'Aiguillon.


Laurent Maurel
(en alternance)
Après le Maroc, Tahiti, Djibouti et La Réunion, il se forme à l’ENSATT à Paris et à MiddleSex Univ. à Londres. Il est acteur, auteur et metteur en scène dans plusieurs pays, parle anglais, espagnol, créole réunionnais et a des bases d’arabe.

Au théâtre, on l’a vu récemment en Cyrano décalé dans « Coups de théâtre » de S. Azzopardi qu’il retrouvait après avoir joué Octave dans « Les Caprices de Marianne », en Punk à kilt dans « Spamalot » des Monty Python par PEF, il est le Lord Henry du « Portrait de Dorian Gray » dans la version musicale de T. Le Douarec, on le voit dans « Les Inséparables » de L. Bréband, dans « Venise sous la neige » de G. Dyrek, il est Ralph (prix collectif d’interprétation du Souffleur) dans « Sa Majesté des Mouches » de N. Grujic qu’il retrouvait après « Gulliver et fils », et le « Ruy Blas » d’H. Lazarini. Il alterne textes contemporains et classiques, comédies, textes engagés et comédies musicales, sous la direction de Jorge Lavelli, d’A. Hakim, M. Maréchal, L. Fréchuret, J. Heynemann, S. Tesson, A. Bourgeois… A la Réunion, il a travaillé pour le Centre Dramatique de l’Océan Indien et dans ses propres mises en scènes.

A l’écran, il tient l’un des rôles principaux du film algérien très primé de L. Bouchouchi « Le Puits », il fait partie du casting anglais de « War and Peace » par T. Harper, de « Number one Longing » de N. Wassell primé en Thaïlande, et est le flic dingo de la série canadienne « Backpackers ». Présent dans plusieurs longs-métrages français comme le thriller « le Film de Léa » de C. Boisliveau, il est de tous les courts-métrages de F. Mansour primés en festivals et nommés aux Césars, comme « La Dernière caravane » qui lui vaut d’être nommé Jeune Espoir au Festival de Moulins. Il est actuellement dans la saga TF1 « La vengeance aux yeux clairs », fait partie de la série « Dames de… » d’ A. Lecaye,  ou avec le Comité de la Claque dans « Personne ne bouge ». Il a tourné dans de nombreux téléfilms dans les univers très différents d’Arnaud Sélignac, Laurent Heynemann, Etienne Dahesne ou Luc Moullet.
Il travaille également dans le doublage, il est par exemple l’une des voix de Mickael Fassbender.

Il a mis en scène plusieurs spectacles en France et à l’étranger comme « Allah n’est pas obligé » d’A. Kourouma, « Sex Traffic Circus, 7è Kafana », « Ailleurs toute ! » de JY Picq en Nouvelle Calédonie, « Paillassons » (Chine, Théâtre de la Tempête), les solos « Dans la vie de mon chien » ou «Gongen, cirque et rue ». Il conçoit également des spectacles évènementiels pour de grandes marques. Entre la Réunion et Paris, en créole et français, il a créé Somin la mèr (CDOI) et pour sa Cie L’Antre-Deux, Ti boulout’, Kabark’a et de nombreuses lectures musicales…  
Au cinéma, après une formation à la FEMIS, au Moulin d’Andé CECI, et à l’INA, il a réalisé plusieurs courts métrages et un documentaire.

Auteur de théâtre, il a reçu plusieurs prix et soutiens (Prix de Guérande, CNL, Ministère de la Culture, Beaumarchais…) et a notamment écrit Bwa Marron (Ed. l’Avant-Scène in fantaisies botaniques), Dange (Ed. L’Harmattan), Saigne-Terre (Ed. du Laquet), Paillassons (Alna Ed.), Horrifice : 3 plaisanteries (Théâtre de la Tempête, CDN Franche-Comté), Cabine d’essayage (Artistics Athévains), Gongen, Ze one Poupette show (pour Bertille), Les Apeurés (P.E.F éditions), des textes courts pour les spectacles déambulatoires Lygéro, et un roman Histoire(s) de Martin. Il a adapté pour la scène Allah n’est pas obligé et Le 7ème kafana. En créole et en Français, sont parus aux éditions K’a : Ti Boulout’ et Kabark’a, et la version bilingue de Somin La Mèr de D. Ibao.
Il écrit également pour la télévision, actuellement pour la série Vestiaires sur France 2, ou pour Les Gnoufs (dessin animé créé par B. Santini, Fr3, Disney) et Cocktail de filles (TF1). Pour le cinéma, il écrit les longs-métrages Nomad (Maroc) et Pierrot x (FEMIS) et a signé plusieurs courts-métrages.


La musique

Les musiciennes et chanteuses mongoles :

Ganchimeg Sandag
Née en Mongolie dans la province de Zavkhan, Ganchimeg Sandag grandit dans une steppe montagneuse riche en rivières et en lacs qui a illuminé son enfance.
Formée au Collège de Musique et de Danse d'Oulan­-Bator et au Conservatoire National, Ganchimeg Sandag est à la fois virtuose du shanz (banjo à 3 cordes), chanteuse et chef de choeur. A partir de 1996 elle mène une carrière internationale de chanteuse et musicienne dans un groupe culte de la pop musique mongole, voyageant au Liban, en Australie, au Japon, en Chine, en Corée. Installée en France depuis 2005, elle revient vers une musique plus traditionnelle, se produisant dans plusieurs ensembles dont Yesun et Sarasvati.

Bouzhigmaa Santaro
Bouzhigmaa Santaro a reçu une solide formation au Collège de Musique et de Danse d'Oulan­-Bator en Mongolie où elle se spécialise dans la pratique du morin khuur (vièle mongole à la tête de cheval ), tout en étudiant le piano et le violoncelle avec le professeur russe­bouriate Darimaa. Invitée dans de nombreux Festivals en Mongolie, en France, en Suède et en Croatie, elle se produit aujourd’hui principalement au sein des ensembles Sarasvati, Yesun et UB°K. Titulaire d'un Master d'ethnomusicologie doublement obtenu à l'Université des Arts et de la Culture de Mongolie, puis à la Sorbonne (Paris IV), Bouzhigmaa Santaro est l'auteur d’un film documentaire sur les bardes de l’Ouest de la Mongolie ( province de Khovd ).

La chanteuse lyrique :

Cécile Meltzer - mezzo-soprano        
Pianiste et violoncelliste de formation, Cécile Meltzer débute sa formation lyrique auprès de Madame Andréa Guiot. Elle étudie et se perfectionne auprès de personnalités lyriques telles que Mady Mesplé, Claude Calès, Valérie Millot et Magali Damonte. En 2006, elle remporte le 4ème prix du Forum Lyrique Européen d’Arles, en 2007 sa Médaille d’Or à l’unanimité avec « Félicitations du Jury » et en 2010 Finaliste du Concours d’Opérette de Marseille.
Cécile rejoindra les plateaux pour participer à des productions qui lui permettront de montrer ses qualités d’interprète et de comédienne.
Le rôle de Pauline dans La Vie Parisienne d’Offenbach au théâtre Charles Dullin à Chambéry sous la direction de J.C. Bernollin, le rôle de la voisine dans La Sorcière du placard au balai de Marcel Landowski dirigé par O.Vaissette, et le rôle de Stefano dans Roméo et Juliette de Charles Gounod.
Au théâtre de Puteaux, on a pu l’entendre dans le rôle de Clara dans Le Chapeau de paille d’Italie de G.Lafarge dirigé par Jean François Gassot.
Elle est invitée à chanter à «L’Hommage à Antoine Duhamel» compositeur de musique de film, à la Cinémathèque de Paris, dirigée par le compositeur lui-même.
Cécile s’épanouit également dans le répertoire sacré. Elle chante régulièrement le Stabat Mater de Pergolèse, le Requiem de Mozart, le Magnificat de Bach (Soprano II), Elias de Mendelssohn, le Stabat Mater et la Petite Messe Solennelle de Rossini.
Salle Cortot, à Paris, elle interprète Candelas dans L’Amour Sorcier de Manuel de Falla où elle collabore avec Monsieur Dominique Rouits, et sera à cette occasion remarquée par Jean-Sébastien Béreau célèbre chef d’orchestre français.
Cécile a interprété la Fausse Mère dans Salomon d’Haendel dirigé par Jacques Chalmeau au Festival de Musique Sacrée à Marseille, et Taven dans Mireille de Charles Gounod à Arles aux côtés de Michel Trampon.
En Juin 2010, elle chante au Théâtre Antique d’Arles, invitée à célébrer le Xe anniversaire du Festival Lyrique Européen présenté par Frédéric Lodéon. A l’issue de ce spectacle, elle est appelée à participer au Festival Lyrique de Pézenas, notamment dans le cadre du spectacle autour de «Mireille» de Gounod pour chanter une nouvelle fois le rôle de Taven.
Plus tard, elle est aussi Rosine dans Le Barbier de Séville de Rossini au Théâtre de Nimes dirigé par Aymeric Cabley sous la mise en scène de Valérie Marestin.
Dernièrement, nous avons pu l’entendre dans le rôle de Marion dans « Les Saltimbanques » de Louis Ganne, puis dans les rôles de La voisine et de La sorcière dans « La Sorcière du placard aux balais » de Marcel Landowski ainsi que le rôle de La mezzo dans « Les Fables Enchantées » d’Isabelle Aboulker.
Parmi ses autres projets en 2013, le rôle titre de Carmen de Bizet, la Petite Messe Solennelle de Rossini dirigé par P. Denoyer, Le Requiem de Mozart, Rosine dans Le Barbier de Séville de Rossini, Mercedes dans l’opérette Crazy Love de Ribera, et la reprise des « Fables Enchantées » d’Isabelle Aboulker. Passionnée par le théâtre lyrique plus populaire, elle se produit régulièrement en récital piano/chant pour interpréter des zarzuelas et des comédies musicales américaines Broadway.
En 2014, Cécile reprend le rôle titre de Carmen au Festival Lyrique de Saint-Benoît-du-Sault en hommage à la jeune Soprano française Eva Ganizate.
En 2015, elle sera l’écureuil et la chatte dans L'Enfant et les Sortilèges de Ravel et l’Opinion Publique dans Orphée aux Enfers d’Offenbach.