Le Menteur

Un chef-d’œuvre de Corneille joyeux et brillant, mis en scène avec fantaisie par Marion Bierry.

Voir la bande-annonce

Résumé

Alors qu’il vient de terminer ses études, Dorante revient à Paris, bien résolu à profiter des plaisirs de la capitale. En compagnie de son valet, il rencontre deux jeunes coquettes aux Tuileries et s’invente une carrière militaire pour les éblouir. S’ensuit un imbroglio diabolique mêlant jeunes femmes, père et ami. Faisant fi de l’honneur, des serments d’amitié et d’amour, Dorante s’enferre dans un engrenage de mensonges qui déclenche d’irrésistibles quiproquos. Les jeunes femmes n’étant pas en reste de supercherie, on se demande qui sera le vainqueur de ce jeu de dupes. Ce chef d’œuvre en alexandrins ramène sur la scène le joyeux et brillant Corneille, auteur de L’Illusion comique.

Équipe artistique

Auteur Pierre Corneille
Metteur en scène Marion Bierry
Distribution Alexandre Bierry, Benjamin Boyer, Brice Hillairet, Marion Lahmer, Serge Noël et Mathilde Riey ou Maud Forget
Décors Nicolas Sire – Costumes Virginie H assistée de Laura Cheneau – Assistant à la mise en scène Denis Lemaître

Production

Théâtre de Poche-Montparnasse

Photos © Pascal Gely

Où le voir ?

Théâtre du Girasole
Du 3 juillet au 21 juillet à 11h45
Durée 1h20
Tarif plein 24 € / Tarif Off 17 €

La presse en parle

Le Figaro Magazine
Léger, vif, brillant, intelligent (…). Les spectateurs ne s’y trompent pas, qui font un triomphe à notre indémodable et éternel Corneille.

L’Obs
★★★ Quoi de jeune ? Corneille !

L’Humanité
Une farce diabolique (…). Un formidable Menteur fidèle à Corneille.

Télérama
Marion Bierry a su trouver le rythme, la fantaisie, l’humour de cette valse des mensonges qui remporta un triomphe en 1644. TT

Le Figaro
Un super Menteur. L’adaptation de Corneille par Marion Bierry est diablement rafraîchissante.

Le Quotidien du médecin
Une comédie allègre et drôle. Dans le rôle titre, vif, mobile, félin et exalté Dorante, Alexandre Bierry, très bien entouré.

Les Échos
Mis en scène avec fantaisie et grâce. Une belle distribution mène la farandole. Un spectacle charmant qui démontre que l’auteur du Cid savait aussi être drôle.