Robin des Bois
Accueil A propos

Qui ne connaît pas la légende de Robin des Bois, ce justicier proscrit caché dans la forêt de Sherwood qui détrousse les riches pour donner aux pauvres et qui lutte contre l’impôt et les taxes imposés par l’usurpateur du trône d’Angleterre, le prince Jean, frère du roi Richard Cœur de Lion ?

 


La version des Tréteaux de la Pleine Lune nous fait redécouvrir cette légende à travers les yeux d’un adolescent d’aujourd’hui dont les parents, victimes surendettées de la société de consommation, ont été saisis de tous leurs biens par les huissiers.

Dans le seul lit que ces derniers ont laissé après avoir enlevé les meubles, l’adolescent s’endort, rongé par un sentiment d’injustice et rêve que Robin des Bois, héros de son enfance, prend les traits de son père, lady Marianne ceux de sa mère, les huissiers ceux du prince Jean et du shérif de Nottingham et les déménageurs ceux de frère Tuck et Petit-Jean.

Lui-même transformé en Will l’Ecarlate, fidèle compagnon de Robin, va vivre les aventures de son héros justicier dans un rêve à la croisée du Moyen-Age et du monde d’aujourd’hui.

Au terme de ce rêve, il aura beaucoup appris sur lui-même , trouvant sa place et sa vocation dans le monde réel. « Nous sommes tous faits de l’étoffe de nos rêves » écrivait Shakespeare.

De ce fait, les costumes, constitués d’éléments de vêtements actuels, sont restructurés en silhouettes médiévales lorsque nous entrons dans le rêve, et la scénographie, sur le même principe, transforme le mobilier quotidien en lui faisant tantôt figurer le château de Nottingham, tantôt la forêt de Sherwood…

Lorsque l’adolescent entre dans la légende de Robin des Bois, le spectacle emprunte son style à la comédie de Shakespeare où poésie, humour et émotion se côtoient pour servir un théâtre épique où chansons, danses et combats offrent un univers généreux, contrasté et picaresque alliant le message social au divertissement, comme un écho aux résurgences du monde moderne.