Politiquement Correct
Accueil Note de l'auteur Presse

NOTE DE L'AUTEUR

Avec ma première pièce, Qu'est ce qu'on attend ?, je me suis intéressée à l'identité familiale, au poids de l'héritage et à ce moment où l'on parvient, à le transformer en racines souples qui nous accompagnent dans notre existence.
Avec ma dernière mise en scène, Le Mariage de M. Weismann, je me suis confrontée à la question de l'identité religieuse (et culturelle). La perspective était celle du décalage et des quiproquos suscités par la quête d'une identité religieuse que l'on voudrait définir alors qu'elle se raconte dans des réflexes qui nous échappent.
Avec Politiquement correct, j'ai voulu me confronter à la question de l'identité politique.
Mon héroïne, Mado est dans une situation cornélienne, intenable : femme de gauche convaincue, elle est tombée amoureuse d'un homme d'extrême droite.

À quelques jours de l'échéance d'une élection présidentielle où la surprise viendrait probablement davantage de la présence de la Gauche au second tour que de celle de l'Extrême-droite, Mado s'interroge sur ce qui lui arrive. Comment a-t-elle fait pour tomber amoureuse d'un homme qui défend des valeurs opposées aux siennes ? Comment peut-elle fréquenter intimement le représentant d'un parti infréquentable? Est-ce le regard des autres ou ses propres convictions qui lui font sentir que cet homme n'est « pas pour elle » ? Ne pas se rendre compte qu'on tombe amoureuse d'un militant d'extrême-droite, est-ce que cela raconte quelque chose sur le glissement de la gauche ou sur celui de l'extrême-droite ?
Si Alexandre n'avait pas été au Front mais simplement de droite, cette histoire n'aurait pas été « impossible » et s'il n'avait été qu'une caricature de « facho de base », elle n'aurait pas commencé. Mais il fait partie de cette extrême-droite « dédiabolisée », populiste et prétendument moderne ; c'est ce qui m'a inspirée et c'est ce qui, je l'espère, interpellera le spectateur.
Le désir et l'amour permettent d'engager des conversations que le « politiquement correct » aurait abrégées. Mado va devoir définir son identité politique de façon intime, et se positionner entre son héritage et son avenir. À l'image de la France, elle va devoir choisir son camp.

Que faire de notre identité politique face à la possibilité d'une histoire d'amour ?
Avec Politiquement correct j'ai voulu raconter une histoire d'amour à l'épreuve des passions politiques, mais aussi confronter les passions politiques à l'épreuve de l'amour.

Salomé Lelouch