Tout à refaire
Accueil Biographies Presse Espace Pro

à noter : Ornella Fleury, créatrice du rôle à Paris et mentionnée dans la presse,
sera remplacée en tournée par Fanny Valette.


ArtistikRezoDarmon et Lellouche à la recherche du temps perdu à la Madeleine
Philippe Lellouche a écrit une comédie délicieuse pour son ami Gérard Darmon dans laquelle deux vieux copains, invités par la charmante Ornella Fleury, s’interrogent sur le temps qui passe, le charme secret des femmes et les malheurs du passé transformés en bonheurs présents. Personnages cocasses, rendez-vous coquins, querelles de garçons tissent le spectacle qui est drôle, tendre et spirituel.
Un bistrot à la Pagnol
Quand deux vieux copains se donnent rendez-vous en terrasse d’un bistrot méridional, il y a fort à parier qu’ils vont y causer femmes, emmerdes ou s’inventer un sujet pour parier argent. Jean, Philippe Lellouche, est un quinquagénaire encore très frais et qui le sait. D’ailleurs, il ne rate aucune occasion de faire savoir à Joseph, Gérard Darmon, que malgré ses beaux discours sa « tuyauterie » est à revoir, que le temps n’est plus aux effeuillages de marguerites par un Dom Juan de supermarché, et qu’à leur âge il est bon de se ranger comme on prépare son épargne retraite. Le seul problème à cette conversation décousue d’égocentrés généreux, c’est qu’ils sont épiés par une jeune femme armée d’une clochette à remonter le temps, comme pour vérifier le bien-fondé de leur nostalgie.
Etait-ce vraiment mieux avant ?
Les deux gaillards propulsés dans leur passé vont vite se rendre compte que leur vie regorge d’événements douloureux et que le présent, finalement, est à réinventer tous les jours. Les dialogues de Philippe Lellouche naviguent allègrement entre deux eaux, le comique et l’amertume, le sucré et l’acide en revisitant les moments forts d’une existence : la mort d’un père, la rupture avec un ami, le divorce entre deux époux, le mariage de son meilleur ami avec une femme qu’on a aimée. Les deux comédiens interprètent une galerie de personnages dans lesquels nous nous reconnaissons et l’interprétation de Gérard Darmon, dans le personnage d’une épouse à la veille de son divorce, au Palais de Justice, qui revoit son époux, est juste hilarante.
Une humanité revigorante
Que ce soient des épisodes de jeunesse ou la méchante prédiction d’un proviseur français antisémite déclarant au jeune pied noir d’Algérie qu’il ne serait jamais avocat, les deux comédiens offrent aux spectateurs un bain d’humanité et d’humour qui se laisse déborder par une autodérision délicieusement sympathique et légèrement subversive. Bien entendu, on ne peut faire abstraction de leurs personnalités publiques et Gérard Darmon déploie des trésors de tendresse avec un franc parler qui lui appartient, séducteur en diable et cœur en bandoulière, protecteur et maternel, tandis que Philippe Lellouche dissimule son angoisse existentielle derrière un flegme britannique.
Rayonnante Ornella
L’équilibre de ce duo est mis en balance par la jeune Ornella Fleury, véritable révélation du spectacle, longue plante brune à la tunique coquelicot qui marche en dansant et n’a peur de rien. Avec son bagage de soliste comique, la belle tient la dragée haute aux deux stars masculines qui n’ont qu’à bien se tenir. Une complicité sincère et désarmante les unit, alors que les spectateurs se laissent embarquer dans un roman de leurs vies avec effets spéciaux et fumigène dans les lumières de Jacques Rouveyrollis. Beaucoup d’émotion donc dans ce spectacle qui offre en tous les cas une belle tranche d’humanité, servie avec la simplicité d’artistes généreux et justes. C’est assez pour les saluer.
Hélène Kuttner, Artistik Rezo.com, 19 février 2016


CultureTopsUn soir d’été, Joseph et Jean, deux bons amis, devisent à la terrasse d’un café sur le drame de vieillir et la tristesse de voir leur jeunesse envolée. La jeune serveuse leur propose alors de partir à la recherche du temps passé et de revivre des moments forts de leur existence. Chacun, tour à tour, va rajeunir, et son partenaire va lui donner la réplique, devenant un homme ou une femme de tous âges, l’occasion pour les deux comédiens de faire des compositions très inattendues.
POINTS FORTS
1) Comme à son habitude, Philippe Lellouche se révèle un excellent dialoguiste. Les répliques semblent improvisées et les échanges entre comédiens coulent de source. Les spectateurs ont la sensation particulière de regarder deux copains jouer au frisbee ; ils se sentent leurs complices comme si le quatrième mur, cette barrière entre la scène et la salle, était inexistant. Mais derrière le brio du texte se profile un auteur poreux à toutes les choses de la vie, un homme très sensible, très attachant.
2) Pour « Tout à refaire », Philippe Lellouche a écrit de vraies scènes de théâtre, tantôt drôles, tantôt émouvantes, assez poignantes pour certaines. Des scènes de la vie, de notre vie, capitales ou anecdotiques, où chacun dans la salle peut se retrouver. La mort d’un père très aimé et très aimant, un divorce cafouilleux, un adolescent qui rentre tard et se confronte à l’autorité paternelle, l’annonce d’une maladie embêtante… Pour les deux comédiens, il y a de quoi jouer ! D’ailleurs ils sont très justes, très accordés.
3) L’amitié est le vrai thème de la pièce. Pour Philippe Lellouche, ce sentiment est fondamental. Il en parle très bien, sans fausse pudeur. Il ouvre son cœur. La rencontre sur leur pallier commun de Joseph et de Jean, leur complicité qui va grandissante au fil des ans, leur tendresse, leurs brouilles, leur rivalité aussi… font l’objet de saynètes touchantes. Pour autant, Lellouche ne baigne pas dans l’angélisme. Il n’est pas dupe des limites de ce sentiment. Lui, le grand admirateur des films de Claude Sautet, fait d’ailleurs un clin d’œil, volontaire ou non, à « César et Rosalie ».
[…] EN DEUX MOTS ...
« Tout à refaire » est une pièce sur l’amitié, jouée par deux copains. Un spectacle sympathique et chaleureux, comme une soirée entre amis.
RECOMMANDATION Excellent
Philippe Jousserand, Culture Tops.fr, 16 mars 2016