Carton plein
Accueil Biographies

Serge VALLETTI - Auteur
A 18 ans Serge Valletti débute, à Marseille, simultanément une carrière d’auteur et de comédien, l’un servant l’autre et réciproquement : « Les Brosses », « La vodka du diable », « A fou de jouer » (accueilli par Antoine Bourseiller au Théâtre du Gymnase).
Quatre ans plus tard il “monte” à Paris et retrouve Daniel Mesguich qui l’engage comme acteur dans une douzaine de spectacles dont « Le Prince Travesti », « Remembrances d'amour » et « Hamlet ».
Puis il revient vers l’écriture : des duos qu'il promène dans toute la France en compagnie de Jacqueline Darrigade et une série de monologues : « Balle perdue », « Mary's à minuit », « Renseignements généraux » (Théâtre Dejazet), « Au bout du comptoir, la mer ».
En travaillant sur l’adaptation d’un roman pour le cinéma il renoue avec l’écriture à plusieurs voix. En 1984 il écrit « Le jour se lève, Léopold ! » qui sera crée en 1988 au Centre Dramatique National de Grenoble.
Suivent « Saint Elvis », « Carton plein », « Papa » (en réaction à la profanation du cimetière de Carpentras en 1990), « Conseil municipal » crée à Béziers sur la demande de Jacques Rouvière, « Si vous êtes des hommes » pour le Théâtre Ouvert à Paris.
Tout au long de sa carrière il assurera le plus souvent la mise en scène de ses pièces.
Romancier avec « Pourquoi j’ai jeté ma grand-mère dans le Vieux-Port » publié en 1995 et adapté pour le théâtre, joué en 2010 à « La Criée » de Marseille, Serge Valletti a également écrit des pièces radiophoniques pour France-Culture et des scénarios pour la télévision.
En 2009, Serge Valletti reçoit le prix de la SACD

Jacques DECOMBE - Metteur en scène.
La carrière de metteur en scène de Jacques Décombe débute en 1982 alors qu’il est encore élève au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.
En 1985, Didier Bourdon lui propose de devenir le metteur en scène des « Inconnus ». Dix ans durant, il collabore à tous leurs spectacles. Avec eux, il gravit les marches de la reconnaissance et du succès et est couronné en 1991 par le Molière du Meilleur Spectacle Comique.
Ce succès lui vaut d’être sollicité par d’autres humoristes : il dirige Charlotte de Turckheim, Chevallier et Laspalès, Chantal Gallia, Les Chevaliers du Fiel et Patrick Timsit.
À partir de 1993, il enchaîne des comédies modernes à succès :
« Charité bien ordonnée » au Tristan Bernard,
« Tout Baigne » au Splendid, au Palais des Glaces et au Café de la Gare.
« Une nuit avec Sacha Guitry » au Théâtre Rive Gauche.
« Court sucré ou Long sans sucre » joué deux ans au Café de la Gare
« Les Acteurs sont fatigués », d’Eric Assous, à la Comédie Caumartin.
« Frou Frou les Bains » de Patrick Haudecoeur (1090 représentations quatre ans à l’affiche) au Théâtre Daunou qui lui vaut de partager avec la troupe, le Molière du Meilleur Spectacle Musical.
En 2006, il retrouve P. Haudecoeur dans « La Valse des Pingouins » au Théâtre des Nouveautés, pièce nominée une nouvelle fois aux Molières.

Marielle SPALONY - Décoratrice scénographe.
« Un monde fou » de Becky Mode, mise en scène Stéphan Meldegg, Théâtre La Bruyère.
« Ma femme est parfaite » de Jean Barbier, Théâtre des Nouveautés.
« La valse des pingouins » de Patrick Haudecoeur, m. e. s. Jacques Décombe Palais Royal, Théâtre des Nouveautés.
« Fermeture définitive » de Benjamin Bellecour et Pierre-Antoine Durand, m. e. s. Stéphan Meldegg, Théâtre La Bruyère.
« L’escale » de Paul Hengge, mise en scène Stéphan Meldegg, Théâtre La Bruyère.
« Tantine et moi » de Morris Panych, mise en scène Stéphan Meldegg, Théâtre La Bruyère
« Gros mensonges » de Luc Chaumar, mise en scène Corinne Boijols, Comédie Bastille.
« La Libibandine » de Julie Neveux, mise en scène Jacques Décombe, Théâtre Michel.

Maxime LOMBARD (Nathanaël Mérédick)
Maxime Lombard commence sa carrière de comédien au Théâtre du Soleil fondé par Ariane Mnouchkine. Il joue régulièrement à la cartoucherie où il rencontre Philippe Caubert qui le met en scène dans le « Dom Juan » de Molière.
Il rejoint peu après le Magic Circus de Jérôme Savary avec qui il va travailler régulièrement pendant vingt cinq ans au Théâtre Mogador, au Théâtre National de Chaillot et à l’Opéracomique, notamment dans « Les mille et une nuits » de Jérôme Savary, « Superdupont » de Gotlib avec Alice Sapritch, « La Femme du boulanger » de Marcel Pagnol avec Michel Galabru (en 1985) « La Nuit des Rois » de Shakespeare « Chanteclerc » d’Edmond Rostand, « La Résistible Ascencion d’Arturo Ui » de Bertolt Brecht, « le Bourgeois Gentilhomme », avec Catherine Jacob, « Mistinguett, la dernière revue » de Franklin Le Naour.
Il travaillera aussi avec Stéphanie Tesson (« Fantasio » d’Alfred de Musset, « La Paix » d’Aristophane), Sophie Duez, Jean-Luc Tardieu, Alain Sachs.
Dernièrement au théâtre de la Porte St Martin dans « Le Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare mise en scène Nicolas Briançon.
Au cinéma on a pu le voir entre autres dans « La Gloire de mon père » et « Le Château de ma mère » d’Yves Robert et « Sept ans de mariage» de Didier Bourdon

Didier CONSTANT (Nicolas Del Monico)
Didier Constant est solidement ancré dans le théâtre et plus spécialement dans la comédie.
Chez Guitry (Une nuit avec Sacha Guitry) et Feydeau (Ciel ! Mon Feydeau !) il trouve ses premiers rôles, mis en scène par Jacques Décombe. Une pièce lui tient à cœur : « Boeing-Boeing » de Marc Camolletti. Durant deux ans il sera le dernier “Robert” choisi par l’auteur.
Des auteurs contemporains lui donneront l’occasion de créer des personnages truculents, notamment dans «1,2,3, sardines » de S. Audcoeur, O. Yeni et D. Basan mise en scène Jean-Luc Moreau (Théâtre Fontaine), « Chacun sa croix ! » de Jean-Christophe Barc (Comédie Bastille) « Hors Piste » d’Eric Delcourt.
Dernièrement on a pu le voir à la Michodière dans « Stationnement alterné » de Ray Cooney, au Théâtre Michel dans « André le magnifique » et en tournée aux cotés de Michel Galabru dans « La Femme du boulanger » de Marcel Pagnol, mise en scène d’Alain Sachs.
A la télévision dans « Un Homme d’honneur » de Laurent Heynemann, « Les Oubliées », réalisé par Hervé Hadmar, « Paris brigade criminelle / Fantôme » réalisateur Gilles Béat Affaires classées, « L’affaire Choukroun » réalisateur Luc David Au Cinéma dans « From Paris with love » réalisateur Pierre Morel.